Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/03/2014

Nouvelle pub Old Spice ! Et nouveau départ inside...

old spice,axe peace,love shower,make love not war,get shaved in the face,boulot,flexitarienYup !!!! Aujourd'hui, ça va parler aisselles et mousses à raser qui fleurent bon le mâaaale!

Entre deux repas quinoa-boulgour-choux-fleurs-noisettes (ma nouvelle lubie de jeune flexitarienne)...

je ne peux résister à l'intense surprise/stupeur que provoque la nouvelle publicité Old Spice, Get shaved in the face !


 

Comment? Vous ne connaissez pas la marque de déodorants (et "men fresheners") Old Spice? Forcément, c'est pas en France qu'on va voir une pub originale dans ce crédo-là (je vois bien un truc à faire avec Rogé Cavaillès pourtant... ;P )

Je vous rafraîchis donc la mémoire concernant Old Spice, avec son premier spot, le spot du buuuuzz, février 2010 :


Un vrai placement de stratégie de marque, d'identité branding, de communauté de fans, de délire et de buzz... Ils ont tout bon!

Sinon, je vous disais, il y a de cela quelques années, que je rêvais de trouver un boulot qui correspondait à mon domaine de compétences et d'études, mais aussi un job qui conjuguerait mes aspirations professionnelles à ma passion du sport et de l'eau... Et bien voilà ! I GA'TIT !!! :)

En petit bonus et sur le même registre, parce que celle-ci me botte sérieusement, la dernière pub Axe "Make Love, not war", ou la "Love Shower" avec mes ex-chouchous les Backstreet Boys !! <3

 Ah, et 'pi, si vous avez le temps, foncez voir HER, le nouveau film de Spike Jonze, mais en VO, s'il vous plait, rien que pour la voix de Scarlett, le talent de Joaquin Phoenix, et le temps que j'ai passé à chialer et à kiffer tout le long du film.

Une PEPITE de réflexions post-séance de ciné!!!! 

her, joaquin phoenix, spike jonze, scarlett johansson, old spice,axe peace,love shower,make love not war,get shaved in the face,boulot,flexitarien

30/06/2012

I, Pet Goat II - Le film d'animation perché de l'année !

En me baladant sur le net, je suis tombée sur ce bijou, cette pépite, cette claque, ce monstre. "I, pet Goat II".

christ_big.jpg

Heliofant est un studio d'animation canadien, créatif et expérimental.

i pet goat ii,heliofant,koreus,george bush,world trade center,cia

"Pet Goat" est le livre que George Bush lisait aux enfants américains dans une école, lorsqu'il apprit l'attaque du World Trade Center, le 11 septembre 2001.

aali_big.jpg

Plongez au coeur de sept minutes de merveille, de musique, de conspiration, de complots, de guerres, de religion, de symboles politiques, de références, de conflits, d'humanité, de fin du monde...

SunSue_big.jpg

N'hésitez pas à le visionner une seconde fois. Et une troisième fois. Et encore une fois.

ludovic_big.jpg

Faites-vous votre propre opinion. Plongez.

pleureuse_big.jpg

Et si le coeur vous en dit, creusez en lisant les différentes critiques ici.

I, pet goat II from Heliofant on Vimeo.

29/06/2012

Florilège des meilleures publicités diffusées/récompensées au Cannes Lions festival !

Bonjour amis lecteurs,

cette année, du 17 au 23 Juin, se tenait, comme à l'accoutumée, le festival of creativity qui décerne aux publicités les plus créatives les Lions d'Or 2012 !

Je vous propose de retrouver ici celles qui m'ont le plus marqué ;)

Doritos -The rise and fall of Esteban, the Dip Desperado


Back to the start - Chipotle


BGH : Dads in briefs


 Tablettes - Bradesco Seguros


 

En print, comme chaque année, c'est la course aux récompenses ! Mais certains visuels claquent et sortent toujours du lot ;)

Ma préférée, Interflora : 

fleurop-cannes-lions-2012-silver-500x707.jpg

Anti-transpirant Gillette : 

gilette-cannes-lions-2012-silver-02-500x707.jpg

Ray-Ban

ray-ban-cannes-lions-or-500x329.jpg

McDo s'occupe de tout : 

mc-donalds-billy-cannes-lion-or-500x731.jpg

Carlton Mid Beer :

carlton-cannes-lions-or-01-500x370.jpg

Surfrider Foundation : 

surfrider-cannes-lions-or-500x337.jpg

...Retrouvez-les en intégralité ici !

Et un big, big up à ma potesse Sabrina Leva qui s'est retrouvée en Shortlist Outdoor avec Euro RSCG 360, pour la créa de son Joupi Bag !

smilebag1.jpg

22/03/2012

Bric à Brac de Mars ! Et ça repart...

Je n'aime pas Claude François, ni ses chansons, ni sa gueule, ni sa voix, ni l'époque, bref, j'suis pas fan, j'suis pas d'humeur ! L'Homme me dit "allez, viens, le jeu d'acteur a l'air super, on y va pendant le printemps du cinéma...."

Je suis sortie de la salle à minuit trente, sous la pluie, les bras écartés, en chantant à tue tête "Oui, comme d'habitude, je vais jouer à faire semblant, comme d'habitudeuuuuuh!".

J'ai pris une claque. Ce n'était pas grotesque, caricatural et mièvre comme La Môme.

Cloclo, Jérémie Renier, c'est le sosie parfait, pour moi, enfant de 1988, j'en ai pris plein la tronche, des images, des mots, des émotions, des tics, des morceaux de vie, et même si tout n'est pas rose, on comprend tant de choses, on est interloqué, pris dans le jeu, malgré les rumeurs autour du film et de sa production, malgré quelques longueurs .... "Bon, j'en ai marre, c'est quand qu'il meurt?".

La ressemblance avec tous les vrais protagonistes est réellement troublante.

On sait tous comment ça finit, j'ai pourtant trouvé la réal particulièrement pudique et bien jouée à ce moment clé de la mort vie de Claude François.

cloclo-film.jpg

Je n'aime toujours pas Cloclo, ni ses fans, mais je ne regrette pas du tout d'avoir vu ce film un dimanche soir où il pleuvait, séance de 21H30.

"P'tain, mais c'est vraiment un connard son père en fait. Comme d'habituuuuuudeuuuuh!".

Du coup, Py m'a ouvert les yeux sur les Sex Pistols.


Nous avons également vu, lundi, A l'aveugle, parce que moi, j'aime toujours les beaux vieux, et là, il y en avait deux.

6821331380092.jpg

RAS, film français, un raccord pourri, lamentable et malheureux dès le début du film, non, je ne spoilerai pas carotide carotide carotide, mais le reste de l'histoire est agréable à suivre, et ils ne s'en sortent pas trop mal. Tous campent bien leurs rôles, et c'est plutôt sympa.

Bon, ça ne casse pas trois pattes à un canard, mais pas déçue de l'avoir vue, même en étant entourés d'une nuée de Wesh-Wesh-la-famille-frère, plus irrespectueux et malpolis les uns que les autres.

Je parle film car en ce moment, je n'arrête pas les découvertes et les claques.

La somptueuse, vers minuit sur Arte, c'est Khamsa.

Khamsa, attention SPOIL dans le lien, comme Wikipedia l'indique, c'est un film tendance docu sur les Gitans de Marseille (avec des vrais morceaux de Gitans dedans!).

khamsa_aff.jpg

On a pris le film en cours de route, happés dès les cinq premières minutes, dans une caravane, à suivre le quotidien de Marco, Tony le nain qui "nique le vier" de tous ses potes, les combats de coqs, la misère, la vraie, aux portes de Marseille, non, je ne ferai pas de lien avec l'actualité, bref, Khamsa, c'est le film qui nous a fait halluciner.

C'est parfois sur-joué, c'est parfois mal fait, c'est méchant, mesquin, horrible, et tellement vrai, tellement révoltant, tellement sincère..... 

G16497918971876.jpg

Petit bémol cependant pour les non-initiés au langage des "voyageurs" ou "cakou" ou "marseillais" ou "cagoland", vous aurez peut être un chouille de mal à saisir toutes les subtilités d'un "hé nique mon vier, sale pd j'vais te marrave ta gueule, nique ta mère, sale chien", avec l'accent qui va bien.

Je conseille ce film. Point à la ligne.

Sinon, je cherche toujours du travail, je ne baisse pas les bras, je fais mon maximum malgré la conjoncture, et je désespère toujours autant de l'administration Française, dont les tentatives quasi avouées de me faire chier, chaque jour, chaque heure, à chaque nouveau document fourni et chaque nouvelle semaine, sont sur le point d'aboutir à une hystérie collective de moi-même. Mais je vaincrai !

J'ai obtenu mon permis bateau avec succès, je m'insurge contre les candidats à la présidentielle, comme d'habitude, je me suis blessée en faisant un brin beaucoup trop de sport, et je survis !

Niveau pub, rien qui me fasse entièrement fantasmer, et la télé est morte, à part le plaisir de revoir cette pub, format même pas 20s, Cuir Center, efficace, directe, excellente.


Sinon, j'en ai une bien bonne.

Saviez-vous qu'il existe des stagiaires chargés de recrutement?

Genre le stagiaire, le petit stagiaire, cet esclave moderne et corvéable, qui crèverait pour un CDI, ben le voilà à faire postuler des candidats en entretien qui eux, l'auront, ce putain de contrat.

Crève stagiaire, crève, voilà ce que ça m'inspire.

yatuu-page-4.jpg

Et Pôle Emploi qui me propose de chercher un stage.

Je vous avoue, ces derniers temps, je suis plutôt révoltée. 

31/01/2012

J.Edgar : Clint Eastwood est à l'West !

"J'ai envie d'aller voir un film débile, on se fait Sherlock Holmes?".

Sherlock complet, que nous reste t'il après Millenium (top) et l'amour dure trois ans (moins top), et pis encore : le Pacte avec l'autre clown de Nicolas Cage?

J. Edgar de Clint Eastwood. 

Le film commence sur les chapeaux de roue par un attentat à la bombe qui me plonge dans l'ambiance. 

John Edgar Hoover, directeur du FBI durant 48 ans. Inconnu au bataillon pour la plupart des français, il est une icône et une figure dans l'histoire des Etats Unis d'Amérique. (Insistons bien sur l'appellation de cette nation surpuissante)...

On apprend la construction historique du FBI, avec des ficelles un peu grosses : "comment ça, en 1920 vous relevez pas les empreintes digitales? le contraire m'eût étonné!!" ... Et malgré d'incessants flashbacks qu'on a du mal à suivre au début, et l'apparition surprise de Chuuuuck Bass, alias Ed Westwick....

j edgar, clint eastwood, fbi, leonardo di caprio, hoover, critique j edgar

Le mec fait son apparition cinq minutes, je me trémousse sur mon siège "MMMM, I'm Chuck Bass"... 

... Et il est remplacé par un autre mec tout au long de l'écriture des "mémoires" de Hoover. On m'explique?

Bref, le film tombe, très rapidement, dans une mollesse et une lenteur inouïe, malgré des superbes effets de lumière, reconstitution, jeux d'acteurs... Car oui, même si Léo n'est pas convaincant, grimmé en vieillard (et que dire de son acolyte Clyde - bordel mais c'est une mode après la môme??)... Au moins, en jeune Hoover, Di Caprio tient son jeu : il est important de noter les points positifs de ce film.

Big up aussi à Armie Hammer. Sauf son masque de vieux, total pathétisme. Et à Naomie Watts également, assez sincère et presque bouleversante.

j edgar,clint eastwood,fbi,leonardo di caprio,hoover,critique j edgar

En gros : on se fait chier copieux. Des gens quittent la salle, la fille à côté de nous ronfle, je baille, et je m'ennuie profondément. Mais pourquoi !!! 

Relations, rapport au monde, à la justice, biopic, démons du passé, rapport à la mère... Y'avait vraiment de quoi faire!

Pour moi, beaucoup, beaucoup de scènes sont gâchées par cet élan lamentable de patriotisme grandiloquant sauce américaine. On nous répète pendant des heures la puissance de la nation, le sacrifice à son pays, la toute puissance des Etats Unis d'Amérique, on sait tout mieux que tout le monde, seule notre nation détient le pouvoir, la raison, l'intelligence, l'argent, le combat (à la limite du terrorisme) contre les bolchéviques, ces êtres communistes, plaie, fléau de l'Amérique... Les Etats Unis à eux seuls connaissent la vérité absolue...

C'est tellement enorgueillé de patriotisme tintant et cinglant que ça en devient ridicule... Et pour tout vous dire, en plus des lenteurs, ça m'a vraiment cassé les bonbons pendant tout le film.

La relation homosexuelle prétendue entre Clyde et Hoover est, sinon sincèrement bien jouée, tellement puritaine et puante de pudeur américaine. (Oui, n'ayons pas peur des mots en P!!).

Ils ne sont pas gay, refusent de s'embrasser, mais vivent ensemble, asexués, s'interdisent de voir des femmes, s'embrassent sur le front, se bagarrent comme des hommes... Mais ça ne va pas plus loin !

Et que dire de la scène où il revêt la robe de sa mère alors qu'on a bien vu pendant tout le film qu'il fait au moins deux têtes de plus qu'elle? Crédibilité, je dis non !

On va me dire que c'est le point de vue de l'auteur, et que de toutes façons, la prétendue homosexualité de Hoover n'a jamais été prouvée, soit! J'aurais tellement préféré plus d'engagement de la part de Clint ... Puisqu'on n'a aucun point de vue sur Hoover... Même si le masque tombe et que l'on découvre, sous peau, l'homme mythomane, affabulateur, prêt à tout pour le pouvoir et être aimé des autres... 

"Est-ce que je détruis tous ceux que j'aime?"

j edgar,clint eastwood,fbi,leonardo di caprio,hoover,critique j edgar

Bref, au moins, ce film aura eu le mérite de me faire parler... Malheureusement pas de me bouleverser, me renverser, me mettre la claque que j'attends toujours d'un film, lorsque je sors et allume ma clope, j'ai pas eu cet effet là, j'ai vraiment pas aimé ce film.

Je ne partage pas les avis sublimissimes de Télérama, Le Monde... Je me suis fait copieusement chier, et je peux vous assurer que j'étais pas la seule !

Quel dommage....

Peut être devrais-je basculer définitivement vers le cinéma pour les beaufs? ;)

25/07/2011

Harry Potter : la fin du massacre.

harry potter,voldemort,voldy,reliques de la mort,hermione,ron,hp,sortie ciné,fin

Oui, Harry Potter et Voldemort : une grosse blague.

Depuis mes 11 ans, je suis fan absolue de Potter, de ses frasques, de Poudlard, mes soirées de Noël à dévorer le bouquin tant attendu en une nuit seulement, mes rêves de sorcellerie, les sorts que je connais par coeur... Et la déception tant imprévisible lors de la sortie du premier film.

Je suis de 88, j'ai l'âge d'Harry Potter, j'ai grandi avec lui, de 11 à 23 ans.

Je n'ai apprécié aucun film, pas même le Quidditch, pas même les trolls, pas même les frères Wesley, rien ! Je ne reconnais pas Harry dans un Daniel Radcliffe plein de tics, niais, naïf, limite stupide.

Bref, après avoir dépensé mes sous à chaque sortie de film, j'avais décidé de seulement les mater en DVD, chez des potes ou autres... chose que j'ai faite en râlant à la limite du supportable, à chaque fois.

Certaines choses me plaisent, notamment la manière dont Poudlard est agencée, l'humour de RON, le personnage de Rogue...

Mais le côté mioche, le vieux fou de Dumbledore, les détails zappés dans un pseudo fondu enchaîné, les faux raccords, les effets spéciaux, Cédric Diggory, les scènes bâclées, les histoires laissées de côté... j'me mets à la place de quelqu'un qui n'a jamais lu les livres... il regarde le 5, il comprend rien !

Bref... je mets mes avis de côté pour une fois et me décide à aller mater le dernier de la saga, histoire de !

Je retrouve Harry pseudo adulte, toujours aussi niais, avec légèrement moins de tics qu'autrefois, une Hermione-Emma qui n'a rien à voir avec la jeune fille sage et courageuse qu'on imaginait, plutôt une bombe sexuelle qu'on tente de cacher sous un sweat à capuche.. Mais soit !

Je passe sur les histoires abracadabrantesques qui "alimentent" le scénario, et leurs manies à tous de dire "Potter" en persiflant, pour me concentrer sur Voldemort... ou plutôt "Voldy".

ATTENTION : SPOILER !

harry potter,voldemort,voldy,reliques de la mort,hermione,ron,hp,sortie ciné,fin

Lord Voldemort, the Dark Lord, seigneur des ténèbres et des mangemorts : une vaste plaisanterie.

Immédiatement, j'ai pensé au Père Fouras.

"Harry, si tu veux la clé, il te faudra répondre à la charade suivante..."

C'est d'un ridicule absolu ! ce type sans nez se permet même de glousser "héhéhé Harry Potter est mort!!!"

Comment ça, héhéhé? J'étais outrée, outrée, outrée !!

Voldemort n'est pas l'horrible, dangereux et terrifiant sorcier qui fait régner la terreur sur le monde, ce n'est qu'un vulgaire "méchant" qui singe une marionnette et qui ne réfléchit pas... Voldy tourné totalement en dérision.

harry potter,voldemort,voldy,reliques de la mort,hermione,ron,hp,sortie ciné,finharry potter,voldemort,voldy,reliques de la mort,hermione,ron,hp,sortie ciné,finharry potter,voldemort,voldy,reliques de la mort,hermione,ron,hp,sortie ciné,fin

 J'en suis venue à me demander "c'est quoi le pire??" : l'absence totale de lien entre tous les évènements, ou le raccord cruellement pathétique avec l'enfance de la mère d'Harry, où l'on voit une fillette aux yeux MARRONS, alors qu'Harry et sa mère adulte ont les yeux VERTS et que c'est un leitmotiv dans la saga Harry Potter de dire qu'Harry "a les mêmes yeux que sa mère"??!

Mais encore, l'invention nullissime de la scène de l'affrontement final entre Harry et Voldy, leur espèce de bagarre dans les airs qui a été imaginé de toutes pièces et qui est, selon mon humble avis, totalement inutile et vide de sens?

La mort d'Harry dans les bras de Hagrid alors que celui-ci ne se rendrait même pas compte qu'il tient un vivant pendant des heures dans ses bras?

La mort de Fred, Tonks et Lupin totalement mise de côté, ou la scène d'épilogue pourrie, où l'on ne voit même pas le fils de ces derniers, où Albus Severus est aussi niais que son père?

Y'a pas à dire, par contre pour citer la mère Wesley lorsqu'elle tue Beatrix, ça, ça fait de l'audience !

Bien sûr que tout ceci est dans ta tête Harry, mais cela ne veut pas dire que ça n'est pas réel.

En méga fan absolue, j'attendais beaucoup de ce passage... Il n'a récolté que des pfff et des psss de ma part, obligeant l'HSC à me dire de la boucler pour qu'il comprenne le film.

Au final j'ai essayé d'en discuter avec lui le soir, rien que le côté "baguette désarmée, conte des trois frères, prince de sang mêlé, avada kedavra" il a rien compris, le pauvre, tu m'étonnes.

Ce film, avec pourtant des moyens de malade, est, entièrement pour moi, à côté de la plaque, comme tous les autres, et encore, c'est le moins raté de tous !!

Parfois, je me sens seule à être de cet avis là, mais je l'assume et le revendique !!

Foutez leurs des bouquins dans les mains, c'est ça, la magie Harry Potter !

J'ai prévu de les garder tous, du 1 au 7, de les coller à mes mioches, si jamais j'en ai un jour, pour qu'à leur tour, eux aussi rêvent et vibrent pour Harry, pleurent pour la mort de Sirius, vivent le mariage de Bill et Fleur, ressentent la détresse de chaque sorcier dans leur noirceur, la mort de Dumbledore, qu'ils finissent chaque livre avec une émotion intacte ... Mais jamais j'leur ferai mater cette bousasse divine.

Vous l'aurez compris, on m'y reprendra plus.

j'vous laisse, j'vais aller mater Aragorn.

harry potter,voldemort,voldy,reliques de la mort,hermione,ron,hp,sortie ciné,fin

14/06/2011

Publicitaire = frustré? NONN.... !

pub, advertising, young&rubicam, the counter demoralization, créatif, publicité, conseils, youtubePublicitaire, ami créa, tu es frustré dans ton travail !

ton DC ne comprend pas tes délires, ton client freine tes ardeurs, et en plus, tu es un illustre inconnu et tes pubs ne sortent jamais... Trop unfair !

 

Young & Rubicam a pensé à toi avec "the counter demoralization" :


Alors, ami créa, aide-toi de ces 29 précieuxconseils pour rester créatif,

et fuck everyone.

Sauf les stagiaires, s'il te plait-merci.


Source : minutebuzz.

18/02/2011

Suis-je la seule à ne pas me prosterner devant Black Swan?

Bonjour à tous !

Avez-vous vu Black Swan? 

Attention, il y'a du Spoil dans cet article !


Depuis que je l'ai vu, je n'entends que des critiques élogieuses, des applaudissements titanesques, des révélations, des coups de coeur de l'année etc.

Entendons-nous bien : il y'a énormément de choses que j'ai aimé dans ce film.

Je pense notamment à la scène où Cassel et Portman dansent ensemble, à la scène finale où la métamorphose de Portman m'a enchanté au plus haut point, au jeu sensuel de Lily et Nina, à la musique, aux quelques traits d'humour, à la danse, expression du corps qui me fait fantasmer, aux mouvements de la caméra, à la séduction des protagonistes...

Bref, ce film m'a plu ! Mais, car il y'a un mais...

J'ai l'impression d'être la seule (avec l'HSC, car c'est de lui que me vient cette critique digérée depuis lundi), à trouver le film un peu "too much".

Oui, too much, Natalie Portman, grande actrice, certes, mais trop nunuche, trop parfaite, trop serrée, trop borderline, un Cassel qui surjoue le maître obsédé, une transformation trop facile, trop rapide, une fin trop prévisible, trop imaginable, les symboles du film trop caricaturaux, trop décelables...

Et au milieu du film, quelques incohérences (cela n'engage que moi), comme lorsque l'ex-danseuse étoile, Beth, se troue les joues, ou lorsque Nina saigne des ongles devant son miroir, ou lorsque une fille sortie de the ring apparaît dans l'ombre de Portman...

J'ai frissonné, mais le choc entre l'incompréhension ou carrément une révelation trop facile m'a désarçonné.

La fin, m'oké, tout le monde s'accorde à dire que ça ne pouvait pas finir autrement.

N'empêche, je suis trop terre-à-terre, la meuf se troue le ventre pendant le ballet et ça commence à saigner seulement à la fin...

Dans le rôle parfait, j'ai nettement plus apprécié la danse de Lily, plus libre, plus expressive, plus anti-conformiste. Et cette bouche ! Une vraie beauté.

Ca m'a donné envie de regarder des ballets classiques plus souvent.

Néanmoins, je sais que le travail de Natalie Portman, qui fut long et laborieux pour ce rôle, se doit d'être récompensé.

Je n'ai absolument pas la prétention de me poser en cinéphile pleine de références fumeuses, que nenni, je ne prétends pas détenir la vérité, j'avais juste envie de m'exprimer sur le sujet.

Je reverrai ce film avec grand plaisir, une autre fois ;)

Cette nuit, j'étais le cygne noir, je dansais avec Roger Waters, j'ai salué mon public comme dans le film, sauf que j'étais nettement plus casse-gueule.

 

black swan,nathalie portman,cassel,vincent cassel,critique,cinéma,film,film de l'année

 

Depuis ma sortie du cinéma, je repense à un livre que j'ai lu, ado, sur une danseuse étoile du ballet russe en pleine apprentissage, entre souffrance, anorexie, et amour interdit avec son maître... Impossible de mettre un nom dessus !!! 

Et vous, qu'en avez-vous pensé? Qu'avez-vous le plus kiffé? Ou détesté, peut-être? :P

Personne ne me fera changer d'avis sur le fait que Portman a excellé en Mathilda, whatever.

Plaisir des yeux :

black swan,nathalie portman,cassel,vincent cassel,critique,cinéma,film,film de l'année

black swan,nathalie portman,cassel,vincent cassel,critique,cinéma,film,film de l'année

black swan,nathalie portman,cassel,vincent cassel,critique,cinéma,film,film de l'année

Rien que de regarder ces images, j'ai envie de regarder une centième fois Léon ! :P

Je vous laisse, le robot stupide qui remarche ne retrouve pas sa base, je cours rampe me gaver d'Efferalgan et de sirop contre la toux, parce que c'est trop glamour d'avoir une angine (et c'est par contre très efficace pour apprécier un doux menu KFC rapporté par l'Homme Sans Coeur).

 

black swan,nathalie portman,cassel,vincent cassel,critique,cinéma,film,film de l'année

 

22/10/2010

Ground Control to Major Tom : Planet Earth is blue and there's nothing I can do.

arton10418-5cd2e.jpgGens, lecteurs : bonjour. (On ne dit pas assez bonjour.)

Je suis là, je suis vivante, je survis, je travaille, je crée, j'assiste, j'apprends.
Bref, un stage quoi.

J'aimerai vous parler plus longuement des retombées médiatiques de "The Social Network", dont je vous avais parlé il y'a peu, et de ce qu'en pense notre cher Mark, j'aimerai vous expliquer pourquoi s'adapter à la créativité du pays, c'est un peu le parcours du combattant (Yoplait, tu me plais !), et puis vous parler de la dernière campagne Everady "make life easier", qui est décidément trop cool, mais en fait non !

En fait, je vais vous faire un p'tit coucou, vous présenter un logo, et puis repartir à mes print.

Eh oui, y'en a qui travaillent ici, on a de l'essence, pas d'excuse ;-)

By the way, vous êtes encore sur Myspace?

Réjouissez-vous, musiciens, amis, guitaristes, artistes, branleurs et autres festifs : votre site communautaire préféré vous propose un nouveau logo !

 

timthumb.php.jpg

 

C'est beau, c'est conceptuel, c'est raté si tu sais pas que "space" en anglais c'est "espace", et surtout : si tu sais pas que c'est le logo de Myspace, bah t'as rien compris !

La vidéo de la conférence-pass-que-c'est-officiel !


A voir dans le futur si Myspace va utiliser ce logo pour quelques pubs, ou si c'est un vrai remaniement !

Et puis promis, je m'occupe de récupérer et surtout FAIRE réparer ma catégorie manquante ;)

A bientôt, bonjour, au revoir.

05/08/2010

Inception : mais dans quel niveau sommes-nous ?

inception-poster.jpegInception... Le genre de film où l'on ne comprend rien dès les cinq premières minutes. Cinq premières minutes qui, forcément, sont cruciales dans la suite du film.

Les limbes, les niveaux, les architectes, l'inception, les décharges.. C'est tout un vocabulaire à maitriser dès lors que l'on s'attaque aux rouages du film.

J'aime pas les films de ricains. J'étais sceptique.

Je me suis mise dedans un dimanche après-midi, bien assise avec mon mec. J'ai été entrainée droit dans le rêve.

Un peu déçue très rapidement de ne pas avoir plus d'explications quand à l'histoire de ces extracteurs de rêve. En quelle année sommes-nous? Qui furent les précurseurs? Qui sont rentrés en premier dans le monde des rêves? Qui en a eu l'idée? A part quelques indices concernant l'utilisation des rêves par l'armée américaine, nous n'aurons pas droit à l'historique de la chose.

Mais au final, il y'a tellement de choses à comprendre dans ce film que ce n'est pas si grave.

Leonardo, mon Jack, mon enfance, mon t-shirt taille dix ans avec sa gueule de poupin blond, qui m'allait trop grand (le t-shirt, pas sa tête).

Il s'en sort pas si mal, le Leonardo. Marion Cotillard? Parfois terrifiante, parfois caricaturale.

On finit nous aussi par se perdre dans les limbes du film...

"ouais mais on va descendre dans les limbes, ok, comme ça on va récupérer l'esprit de saito, et toi tu iras voir mel, mais il faut qu'on descende level quatre avant la décharge, parce que sinon ,on pourra pas remonter réanimer robert ... " quoiiiii??? ^^

Deux heures et demie plus tard, lumière du jour, complètement déboussolée, rêvassant sur le scooter qui nous ammène à la plage (y'a pas de mal à se faire du bien!), je commence à comparer ce film à Matrix, aussi tordu, aussi chelou, peut être pas autant rempli de symboliques, mais tout aussi complexe.

Matrix, chère génération Y, nous avions dans les dix ans. Matrix, c'était ma première nuit blanche avec ma copine Charline, on comprenait rien, écrasées de fatigue à une heure du matin.

Bref, Inception, au moins c'est un film qui change. Du ricain mais sans les clichés (du genre la méga bouse nommée The Expendables ), un film qui fait réfléchir, un film qui nous touche, tous.

Je sais pas vous, mais j'en avais pas énormément entendu parler; je savais juste qu'un film avec Marion Cotillard et Di Caprio se préparait.

Or là, c'est le buzz! tout le monde en parle sur Facebook (mais sans trop donner leur avis car c'est complexe pour tous ^^), les parodies et les inventions se multiplient..

Et vous, qu'en avez-vous pensé?

Je vous ai déniché un petit florilège des "délires" imagés autour du film, merci 9Gag.

30375_540.jpg
30797_540.jpg
30928_540.jpg
31091_540.jpg

Le meilleur pour la fin !

31205_540.jpg
30927_540.jpg

 

EDIT : Minutebuzz s'y met aussi ! Tous à vos rêves ^^