Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/09/2010

Quand Facebook devient Stupidbook (ou pas.)

1498f4ac2a7aec26409a236cb4516b9e.jpegFacebook, méfiances, déviances... Que ce soit en bien ou en mal, les rebondissements des buzz concernant Facebook n'en finissent pas !

De là à supputer que le réseau social ait le monopole des noms en « book », il n'y a qu'un pas, que l'intéressé (ou plutôt ses représentants) franchit allègrement !

Le réseau social américain exige que le site français Stupidbook change de nom. Pas parce qu'il reproduit les échanges les plus idiots sur Facebook, nuisant à l'image de sa marque (ou plutôt à celle(s) de ses utilisateurs parfois peu éclairés) ... Mais parce que son nom se termine lui aussi en "book" !

Facebook vise donc actuellement Stupidbook. Celui-ci a été lancé au début de l'année par deux étudiants en marketing et en droit, âgés de 21 et 22 ans.

Le principe ?

Des copies d'écran des statuts et des échanges les plus idiots sur Facebook : Kévina en puissance, phrases d'amours philosophiques ET analphabètes, groupies de Justin Bieber, échanges sulfureux entre un père, son fils, avec la marraine qui s'en mèle, de la petite pisseuse kikoo-lol au racaillou qui "nik ta darone wesh poto", tout le monde en prend pour son grade, de manière anonyme.

Le 29 juin, un avocat du cabinet, Law Offices Kopacz, adresse un premier courrier à l'un des deux fondateurs de Stupidbook. Il évoque « un risque de confusion et de dilution » pour Facebook :

« En effet vous reprenez l'élément distinctif “book”.

De plus, l'écriture utilisée est très similaire à celle utilisée pour la marque “Facebook”.

L'utilisation de “Stupidbook” constitue un avantage injustifié et cause un préjudice au caractère distinctif et à la réputation de la marque de notre client […]. Enfin l'ensemble de votre site constitue une campagne de dénigrement du site et de la marque Facebook. Le but mercantile de votre site est démontré par les nombreuses publicités et prouve la volonté de votre site de s'inscrire dans le sillage de la notoriété du site Facebook et de faire un profit en le dénigrant. Ceci est constitutif d'actes de
concurrence déloyale et parasitaire. »

Les créateurs de Stupidbook décident alors de retoucher légèrement la typographie de leur logo, de renoncer au slogan « Facebook vous rend stupide » et de préciser en bas de la page d'accueil que leur site n'a aucun lien avec Facebook.

Ils refusent cependant la principale exigence de Facebook : changer de nom. Selon eux, le mot « book » (« livre ») est trop courant pour être considéré comme un « élément distinctif » de la marque Facebook (« trombinoscope » en anglais). L'un d'entre eux, qui a souhaité rester anonyme,  explique :

« Le mot “book” ne leur appartient pas, et on ne leur prend pas de la parts de marché, car on n'est pas un réseau social. »

En droit, un « élément distinctif » est une expression ou un signe que le consommateur associerait immédiatement à une marque. Par exemple, un site d'information au nom se terminant en « 89 » pourrait être soupçonné de vouloir s'approprier un « élément distinctif » de la marque Rue89 (pour reprendre l'exemple de ma source).

A son échelle, plus modeste que celle de Facebook, Stupidbook serait un succès : entre 2 000 et 4 000 visiteurs et 10 000 pages vues par jour, selon son cofondateur. 

Ils contestent point par point l'argumentation de Facebook. La « concurrence déloyale » ? Stupidbook n'est pas un réseau social. Le « dénigrement » ? Ils défendent le droit à la parodie. Le « but mercantile » ? « L'hébergement coûte quelques centaines d'euros par an, donc au mieux, on fait un euro de marge avec les pubs. »

Le 24 août, l'avocat adresse un nouveau courrier aux créateurs de Stupidbook. Cette fois-ci, il s'agit d'un « accord » de sept pages, en anglais et en français, qu'ils n'ont plus qu'à signer et poster : la signature du directeur juridique adjoint de Facebook, Michael Richter, y figure déjà.

Cet « accord » réserve à Facebook non seulement les noms en « book », mais aussi en « face » :

« [X] confirme qu'il ne possède ou n'utilise aucune autre marque, aucun autre nom ou autre signe distinctif qui inclut les éléments “Facebook”, “face”, “book” ou tout autre élément susceptible de créer un risque de confusion avec “Facebook”, seul ou en combinaison avec d'autres lettres, mots ou signes. »

En France, deux sites proposent également un « best of » de Facebook, mais en jouant sur le mot « face » : Facegroupe et Faceploucs. Leurs créateurs assurent ne pas avoir été contactés, pour l'instant, par les avocats du réseau américain.

Aux Etats-Unis, justement, Facebook mène la même offensive. Sous sa pression, le site de voyage Placebook s'est rebaptisé Triptrace. Lui aussi visé, Teachbook défie Facebook : ce réseau social pour enseignants refuse de changer de nom.

Contactés à plusieurs reprises, Facebook et le cabinet Kopacz ne donnent pour l'instant aucune suite aux sollicitations externes.

Source : Rue89

Qu'en penser alors?

Facebook, saymal. Loin de l'utilisation abusive des Kévin et autres kikoo-lol qui polluent nos walls et nos yeux, Facebook à l'échelle planétaire, c'est autrement plus puissant que Big Brother.

Bon, le paradoxe réside encore une fois dans l'adoration suprême que je voue à ce réseau lorsque je suis loin de ceux qui m'importent quotidiennement. Et pour fouiner aussi. Enfin bon, BREF!

Je suis pas la première à jeter la pierre, à crier "boycottons Facebook!"... Ce serait bien trop stupide, bien trop hypocrite, bien trop illusoire.

Ne pas rester indifférente, faire tourner l'info, sensibiliser, il faut que les gens sachent ce qui se passe réellement, loin du tchat et des publications de statut. Savoir, faire son choix, informer, dire la vérité, ça changera pas le monde que moi, Laetitia EME, je soutiens à fond Stupidbook dans leur croisade.

Mais je le fais quand même. Je soutiens à fond Stupidbook. Et je leur souhaite bien du courage.

Ils en parlent sur leur site, ici.

 

moyen-stupidbook-482.jpg

 

Vivement la sortie de Diaspora ...

Les commentaires sont fermés.